Changer de Vie Après la Crise | Une Opportunité à Saisir ?

Changer de vie après la crise, Changer de Vie Après la Crise | Une Opportunité à Saisir ?

Face à la pandémie, mais aussi aux nombreuses crises que nous vivons et que nous allons vivre, nombreux sont ceux qui ont eu envie de changer d’air, envie d’évoluer dans leur vie. Oser changer de vie professionnelle, déménager, voyager ou simplement prendre sa vie en main… Tels sont les aspects sur lesquels on peut agir pour changer de vie après la crise. Mais quels sont les éléments déclencheurs d’un tel désir de changement ? Comment s’y prendre pour entamer une nouvelle vie, personnelle ou professionnelle ?

Qu’est-ce qui peut nous pousser à changer de vie après la crise ?

Une prise de conscience écologique

Même si le lien n’est pas évident, il y a 2 facteurs communs entre réchauffement climatique et pandémie de Covid. D’abord, la déforestation a donné lieu à une augmentation des contacts entre êtres humains et animaux sauvages. Expulsées de leur habitat naturel, les bêtes se réfugient dans des zones plus peuplées, favorisant ainsi les zoonoses. Derrière ce drôle de terme se cache tout simplement la transmission de maladies entre les bêtes sauvages et l’homme. Même si l’origine du virus n’est pas établie à ce jour, il y a une petite probabilité que le virus provienne d’un animal. En tous cas, d’autres zoonoses existent bel et bien. Quant à la mondialisation, elle a un rôle dans la vitesse de transmission du virus, notamment à travers les échanges aériens massifs. De quoi interpeller les particuliers éco-conscients sur les conséquences de nos actions sur la planète. D’autant que les épidémies risquent de s’intensifier à l’avenir.

Une vie personnelle mise à l’épreuve

Ça n’est pas nouveau, le confinement a complètement bouleversé notre conception du couple ou de la famille. Des jeunes partenaires obligés de se confiner ensemble ont mis à l’épreuve leur amour en passant 24h/24 ensemble, parfois dans des surfaces restreintes. Si cette période s’est apparentée à un test passé haut-la-main pour certains, d’autres ont fini par renoncer. Il en va de même pour les familles avec enfants. La fermeture des écoles et l’éducation à la maison ont mis à rudes épreuves les couples et familles : charges mentales, tensions, jusqu’aux violences… La crise et son confinement ont donc bousculé ou mis un terme à bon nombre de couples. C’est une raison de plus qui pousse à changer ses habitudes au quotidien.

La peur de la maladie et/ou de la mort

Malheureusement, depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont pu frôler la mort, être handicapé par la maladie ou perdre l’un des leurs. La peur a aussi est aussi devenue très présente, parfois jusqu’à l’irrationnel. Néanmoins c’est une occasion pour nous de prendre conscience ou de se rappeler que la vie est courte et précieuse. C’est un déclic qui a provoqué l’envie du changement chez nombre d’entre nous.

L’impression de passer à côté de sa vie professionnelle

En 2019 déjà, d’après une étude de Kantar TNS pour Randstad en avril 2019, 1 français sur 5 avait l’impression d’exercer un « bullshit job » (littéralement « job à la con »). Ce sentiment d’exercer un métier inutile et qui manque de sens a été exacerbé par la crise sanitaire et la généralisation du télétravail. Ajoutez à cela l’impression d’exercer une fonction « non-essentielle » tant mise en avant pendant le confinement, et vous obtenez un mal-être et une forte envie de changement. En conséquence, le burn-out a doublé en un an chez les télétravailleurs. Une claque qui a poussé nombre de français à faire le point sur leurs motivations.

Changer de vie après la crise : sur quels aspects et pourquoi ?

Nous sommes nombreux à envisager un changement pour atteindre l’épanouissement tant recherché. A-t-on besoin pour autant de changer radicalement ? Un déménagement, une meilleure hygiène de vie ou encore le voyage sont quelques uns des aspects à investiguer pour qui cherche à changer de vie après la crise.

Un nouvel environnement de vie

Avec le confinement, de nombreux français se sont sentis à l’étroit chez eux. On a pu observer un engouement dans l’immobilier à la sortie du premier confinement, en mai 2020. Si certains se sont « contentés » de s’éloigner de quelques kilomètres pour une maison, une surface plus grande, ou même prétendre à un bout de jardin, d’autres ont carrément changé d’environnement. Passer de la ville à la campagne (plus rarement l’inverse) ou changer de région, c’est le pari qu’ont pris de nombreuses familles. Parmi les départements les plus prisés : l’Aveyron, la Lozère et l’Ariège. Sans aller jusqu’à parler d’exode urbain massif, les néoruraux souhaitent se rapprocher de la nature. Avoir un mode de vie plus sobre, faire grandir ses enfants dans un environnement plus sain ou tout simplement vivre plus en accord avec des valeurs écologiques, telles sont les raisons qui peuvent inciter à déménager.

Découvrir le monde pour changer de vie

Après des mois d’interdiction de voyager en dehors du pays (et même au-delà de 10 km autour de chez nous), les voyageurs n’ont qu’une envie : repartir à l’aventure. Les frontières n’étant pas encore rouvertes partout (à l’heure où l’on écrit ces lignes), les projets de voyage autour du monde sont pour l’instant remis à plus tard. Mais ceux qui hésitaient encore à embarquer déjà auparavant ne veulent plus repousser leur projet. Les plus téméraires ont pu tenter l’aventure, au risque de se retrouver coincés dans un pays et de devoir rentrer en France en urgence.

À côté de cela, on a assisté à une explosion des ventes et locations de camping-car en 2021. Synonyme de liberté, cette maison sur roue est une aubaine : elle peut nous transporter partout en France, et à l’étranger si la situation sanitaire le permet. Une flexibilité bienvenue en ces temps encore incertains.

Le tri dans son cercle de relations

Si, comme on a pu le voir plus haut, le confinement a bouleversé certains schémas familiaux, menant à des séparations ou au contraire à la volonté d’agrandir la famille, les relations familiales ou amicales ont également été chahutés. Avec des avis très divergents sur la situation, des amitiés se sont retrouvées déboussolées. Au même titre que le temps est un bien précieux, d’autres personnes ne veulent plus se soumettre aux obligations sociales : le repas de famille interminable, les fêtes où l’on n’a pas vraiment envie de se rendre… La crise sanitaire a donc été révélatrice pour beaucoup d’entre nous.

Une nouvelle manière de consommer

Cette crise nous a aussi invité à réfléchir à nos modes de consommation. Certains français ont profité du confinement pour réaliser une profonde introspection. Ils et elles ont ainsi totalement revu leurs habitudes de consommation. Avec la fermeture des magasins dits « non-essentiels » pendant de longues semaines au début de la crise, certains shopping addicts se sont rendus compte qu’ils pouvaient en fait se passer de la plupart de leurs achats, souvent impulsifs. D’autres ont décidé de porter une plus grande attention aux vêtements qu’ils achetaient. Ils ont pu par exemple privilégier la qualité à la quantité, les marques équitables et éco-responsables plutôt que les enseignes de fast-fashion. On s’est recentré sur du local, du Made In France, tendance qui émergeait déjà depuis quelques années. Cet engouement pour la consommation responsable passe aussi par l’alimentaire, en privilégiant les producteurs locaux et les bons produits.

Une meilleure hygiène de vie

L’un des facteurs déterminants de l’adoption de ces nouvelles habitudes, c’est le temps. Plus de trajets domicile-bureau, le chômage partiel pour certain·es, la possibilité de moduler son temps de travail, font que beaucoup de personnes ont pu intégrer une nouvelle routine dans leur journée. Cela passe par :

  • le sport (on a vu l’engouement pour la course à pied lors du premier confinement) ;
  • les courses alimentaires chez les petits commerçants ou les producteurs locaux plutôt que l’hypermarché (comme vu précédemment) ;
  • plus de temps passé en cuisine à préparer des plats et des produits sains, ou son propre pain ;
  • la limitation de la viande rouge ou des fast-foods ;
  • le vélo pour aller au travail plutôt que la voiture, notamment en ville.

Mais avec le – presque – retour à la normale, ces bonnes habitudes s’inscriront-elles dans le temps ?

Changer de vie après la crise, Changer de Vie Après la Crise | Une Opportunité à Saisir ?

Entreprendre un changement de vie professionnelle après la crise sanitaire : les différents scénarios

Si les changements s’initient sur plusieurs aspects de la vie, il en est un qui revient très souvent : c’est le désir de changer de vie professionnelle. La crise sanitaire a été un déclencheur, mais ceux qui changent de vie avaient déjà un projet auparavant dans un coin de leur tête. Que ce soit pour échapper au chômage subi ou pour amener du sens à son activité, il faut néanmoins faire attention : la crise économique est toujours là. Alors quel que soit le ras-le-bol qui vous pousse à changer de parcours, il faut se poser les bonnes questions. Une reconversion réussie, c’est un vrai projet professionnel, une stratégie et certaines règles à suivre (on vous en parlait il y a quelques mois sur le blog).

Changer d’entreprise ou de métier dans votre entreprise

Peut-être que l’insatisfaction liée à votre métier et votre envie de vous réaliser professionnellement expriment simplement un besoin d’évoluer. Vous voulez sortir de votre zone de confort, sans pour autant quitter votre CDI ou effectuer une réorientation radicale. Il est en effet possible d’évoluer dans son métier. Que ce soit prendre de nouvelles responsabilités ou changer de secteur, évaluez les opportunités qui peuvent s’offrir à vous.

Se mettre à temps partiel

D’après une étude réalisée par Viavoice en juin 2020, les français sont 71 % à avoir envie de « prendre davantage le temps de vivre », et 70 % à « passer davantage de temps avec celles et ceux qu’ils aiment ». Rien d’étonnant après l’année qui vient de s’écouler. Alors, si un changement professionnel vous fait peur, dans le climat économique actuel, pourquoi ne pas envisager de passer à temps partiel ? Nombreux sont déjà celles et ceux qui ont sauté le pas, quitte à subir une baisse de salaire. Une consommation plus raisonnée et un mode de vie plus sobre au quotidien peuvent venir compenser ce point. Vous avez ainsi plus de temps pour vous et pour vos proches, ou pour vous consacrer à un projet qui vous tient à cœur. Changer de vie après la crise n’est pas nécessairement synonyme de changement de voie.

Créer un business en parallèle de son travail principal

Un bon moyen de tester votre activité avant de commencer une nouvelle carrière, c’est de la créer à côté de votre job. En travaillant le soir ou en vous mettant à temps partiel, vous pouvez ainsi démarrer en douceur, en vous assurant un minimum de revenus. Si vous avez quelques sous de côté, vous pouvez même vous orienter vers un congé sabbatique ou un congé de création d’entreprise.

Devenir freelance pour changer de vie

C’est un mode d’entrepreneuriat qui séduit de plus en plus de français. Facilité par le statut de micro-entrepreneur, en vigueur depuis quelques années déjà, le freelancing permet beaucoup de libertés, notamment géographiques. C’est pour ça que de nombreux freelances deviennent chaque année des Digital Nomads. Ce sont tout simplement des indépendants qui choisissent d’exercer leur activité d’où ils le souhaitent, tout en découvrant d’autres cultures. On peut choisir de s’établir pendant 6 mois dans un pays, puis un an dans un autre, au gré des envies (ou des contraintes sanitaires plus récemment). Le seul pré-requis : une bonne connexion à internet. Beaucoup de métiers sont exerçables en freelance. Mais il faut avoir l’état d’esprit de l’entrepreneur, car vous êtes seul·e dans la barque.

Suivre une formation pour apprendre un nouveau métier ou faire évoluer son projet

Pour réussir sa reconversion, rien de tel que la formation professionnelle. C’est peut-être la condition pour exercer le métier de vos rêves. Essayez de passer par votre Compte Personnel de Formation (CPF) ou renseignez-vous auprès de Pôle Emploi ou du Fongecif de votre région, votre employeur peut aussi financer votre formation. Il est aussi possible d’autofinancer votre programme de reconversion. Même si votre projet porte sur une expertise que vous maîtrisez, vous devriez toujours consacrer du temps aux formations professionnelles. Cela permet de garder un esprit vif et facilite vos capacités d’adaptation. Il est aussi fondamental si vous envisagez d’être indépendant ou entrepreneur, de vous former à la création, à la gestion, à la maintenance d’une entreprise. Par exemple, si souhaitez créer une activité éthique et/ou écologique ou si vous avez déjà une entreprise et que vous souhaitez inscrire votre activité dans une démarche éco responsable et éthique, vous pouvez vous tourner vers la formation Ecopreneur (non éligible cpf à ce jour).

Reprendre une entreprise

L’aventure entrepreneuriale vous tente, mais vous avez peur de commencer de zéro ? Votre reconversion professionnelle pourrait passer par la reprise d’une entreprise. Des milliers d’activités sont à reprendre chaque année. Il faut bien étudier la santé financière de la société convoitée, et selon les cas, vous pourrez :

  • bénéficier d’un accompagnement de votre prédécesseur pendant plusieurs mois afin de bien maîtriser votre nouveau métier ;
  • décider de changer d’équipe ou travailler avec des professionnels confirmés déjà en place.

Une opération qui, si elle est bien maîtrisée, peut s’avérer gagnante dès les premiers mois !

Sachez aussi que n’importe quelle entreprise peut être transformée en entreprise régénératrice de la planète et des humains.

Encore une fois nous accompagnons plusieurs projets en ce sens chez Ecopreneur.

Monter une boite éco-responsable avec Écopreneur

En synthèse, sachez qu’il est possible de changer de vie en réalisant votre rêve d’entreprendre, tout en étant en phase avec vos valeurs éco-responsables. Notre communauté de plusieurs centaines d’écopreneurs et d’écopreneuses s’y attachent en ce moment même. Si vous sentez cette énergie de changement en vous, rejoignez-nous. Vous pourrez ainsi créer votre projet de son idée à la mise en œuvre d’un business profitable, tout en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé et en régénérant la planète. Ça vous dit de tenter l’aventure ? Rendez-vous sur notre page de formation !

Déterminé à vouloir changer de vie après la crise ? Pour s’épanouir, il faut mettre de côté ses peurs et avoir le courage de changer. Mais pas de panique : des milliers de personnes sautent le pas chaque année et décident de changer pour être plus heureuses. Alors, prêt pour une nouvelle aventure professionnelle ou personnelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.