Entreprendre en solo : tout savoir pour se lancer en toute sérénité

solopreneuriat, Entreprendre en solo : tout savoir pour se lancer en toute sérénité

Vous voulez vous lancer dans l’entrepreneuriat, mais l’idée de manager une équipe ou d’avoir des associés vous donne des sueurs froides ? Vous aimez travailler de façon autonome et maîtriser tous les aspects de votre activité ? Vous êtes fait pour entreprendre en solo ! Le solopreneuriat s’est beaucoup développé ces dernières années, grâce à la flexibilité temporelle et géographique qu’il procure. Voici une définition de l’entrepreneuriat en solo, ainsi que 8 conseils pour bien débuter votre activité en tant que solopreneur.

Entreprendre en solo, qu’est-ce que c’est ?

Définition du solopreneur

Le solopreneur est un entrepreneur qui exerce seul, sans associés ni employés. En d’autres termes, le solopreneur exécute seul toutes les tâches liées à son entreprise (son activité principale, mais également sa comptabilité, son marketing, sa facturation, etc.). 

 

Le solopreneuriat comporte de nombreux avantages par rapport à l’entrepreneuriat : on peut fixer ses prix, établir sa propre stratégie business, choisir des clients alignés avec ses valeurs écologiques, travailler d’où l’on veut, et maîtriser son temps (à condition de bien s’organiser au travail). 

 

Cela nécessitera en revanche de tout gérer soi-même (du moins au démarrage ou avec des fonds limités). De plus, si l’activité nécessite un investissement de départ conséquent, les entrepreneurs solo ont souvent plus de difficultés à trouver des financements, car ils doivent prouver qu’ils sont en mesure de porter l’ensemble du projet sur leurs seules épaules.

Solopreneur vs freelance : quelles différences ?

solopreneuriat, Entreprendre en solo : tout savoir pour se lancer en toute sérénitéEn substance, il y a de nombreux points communs entre le freelancing et le solopreneuriat : le fait de travailler seul, de gérer son activité soi-même, de déterminer ses conditions de travail. 

 

La différence principale réside dans la génération de chiffre d’affaires et le cœur d’activité : si un freelance échange son temps contre de l’argent, le solopreneur va mettre en place des sources de revenus diverses, en misant sur l’automatisation et la vente de produits liés à son activité. Le solopreneur peut tout à fait effectuer des missions de freelance, tout comme le travailleur freelance peut évoluer vers le solopreneuriat. 

Quelles activités pour un solopreneur ?

En tant qu’entrepreneur solo, on peut avoir plusieurs activités pour alimenter son chiffre d’affaires, qui constituent l’écosystème de son business. Vous avez une micro-exploitation agricole ? Voici quelques exemples non exhaustifs des activités que vous pourriez mettre en place:

  • fabrication et/ou vente de produits de la ferme dans votre boutique ;
  • prestations de services, comme des visites de l’exploitation auprès des écoles ;
  • coaching ou consulting, pour des exploitants qui cherchent à s’installer ;
  • gîtes touristiques sur site ;
  • site e-commerce de vente des produits de la ferme en ligne ;
  • vente de produits numériques, comme des formations liées à votre activité, ou des e-books pour partager votre expérience ;
  • etc.

Comment bien se lancer pour entreprendre en solo ?

1- Tester sa capacité à travailler seul

Par définition, le solopreneur travaille seul. Il peut évidemment s’entourer (c’est même conseillé, voir plus bas), mais il peut être utile de tester ce mode de travail avant de se lancer, pour valider sa capacité à se motiver et à progresser en solo. 

2- Bien définir ses objectifs

Travailler ses objectifs en entrepreneuriat, c’est la base de tout business solide. C’est d’autant plus vrai en tant que solopreneur : on a tendance à s’éparpiller, et à prévoir trop peu de temps pour l’administratif, la prospection ou la facturation, entre autres. Pour avancer dans la bonne direction, il faut donc poser des objectifs clairs (à 90 jours par exemple), faire des points réguliers sur l’avancée de vos projets et ajuster la trajectoire.

3- Déterminer votre clientèle idéale

Cette étape est indispensable si vous voulez prendre du plaisir dans votre activité et mieux cibler votre prospection. Cela nécessite de bien connaître votre clientèle idéale, de savoir quels sont ses besoins, ses envies, ses loisirs, ses problèmes, ses frustrations, ses valeurs… Vous devez dresser un portrait-robot le plus complet possible. Enfin, en limitant le nombre de personnes à qui vous vous adressez, et en vous spécialisant sur leurs problématiques, vous cultiverez votre singularité et vous démarquerez aisément de la concurrence.

4- Bien choisir ses outils pour entreprendre en solo

Pour bien vous organiser, vous devez vous construire un écosystème d’outils en ligne qui vous assisteront au quotidien. Il en existe plusieurs qui sont gratuits, ou proposent des plans gratuits suffisants pour débuter l’entrepreneuriat en solo. Vous pourriez entre autres choisir :

  • un outil de facturation (Crater App, Henrri) ;
  • une interface pour créer facilement du contenu (Inkscape, Canva) ;
  • un système de stockage pour vos données (Nextcloud, Google Drive, Dropbox) ;
  • un outil de gestion des réseaux sociaux, pour programmer vos posts (Buffer, Hootsuite) ;
  • un espace de travail en ligne pour gérer vos projets (Kanboard, Notion, Click Up, Asana ou encore Trello) ;
  • un gestionnaire de mot de passe, qui regroupe tous vos mots de passe même les plus complexes à un seul endroit de manière sécurisée (Bitwarden, Dashlane, Last Pass…) ;
  • un outil d’automatisation marketing pour vos emailings (Mautic, SendinBlue)
  • des livres sur l’entrepreneuriat pour gagner en efficacité et en sérénité ;
  • etc.

 

À noter que Crater App, Inkscape, Nextcloud, Kanboard, Bitwarden et Mautic sont des outils éthiques, qui sont en open source et respectent la vie privée et la propriété intellectuelle des utilisateurs. Idéal pour faire un premier pas vers le numérique responsable.

5- Se faire accompagner

Même si vous décidez de vous lancer en solo, vous pourrez difficilement maîtriser tous les aspects de votre business à la perfection. Si vous décidez malgré tout de conserver certaines fonctions en interne, faites-vous accompagner, soit sur des points spécifiques, soit sur l’ensemble de votre business pour acquérir des bons réflexes, apprendre à vous organiser et à établir vos priorités, développer votre mindset d’entrepreneur, etc. C’est dans cet esprit que l’accompagnement à l’entrepreneuriat écologique Ecopreneur a été créé : vous restez en maîtrise, gagnez un temps précieux et allez à l’essentiel sur les missions annexes, pour mieux vous concentrer sur votre cœur d’activité.

6- Développer son réseau

Qui dit solo ne veut pas forcément dire isolé ! Vous aurez besoin d’échanger avec d’autres entrepreneurs et solopreneurs, pour partager votre expérience et demander des conseils. C’est essentiel pour votre moral et votre mental, notamment si vous manquez d’entrepreneurs dans votre entourage : vous avez besoin de personnes qui comprennent ce que vous vivez au quotidien. Pour ça, vous pouvez vous rendre dans un espace de coworking, participer à des événements généralistes dans l’entrepreneuriat ou spécifiques à votre niche, ou encore intégrer un réseau d’entrepreneurs comme la communauté Ecopreneur. Les partages d’expérience, notamment sur des thématiques écologiques communes à tous, y sont précieux pour développer son activité en toute confiance. Il est également important de se motiver ensemble et de s’entraider le cas échéant, en promouvant les activités des uns et des autres.

7- Travailler sa confiance en soi et son mindset d’entrepreneur

solopreneuriat, Entreprendre en solo : tout savoir pour se lancer en toute sérénitéCe point est particulièrement important, car vous êtes seul aux commandes de votre navire : vous êtes responsable de votre propre marketing, vous devez être force de proposition et rassurer votre clientèle par votre posture (vos gestes et votre discours affirmés, entre autres). Vous devez donc vous débarrasser de toutes vos croyances limitantes. Et la bonne nouvelle, c’est que la confiance en soi s’acquiert et se travaille ! C’est notamment pour cette raison que nous dédions tout un module au mindset dans notre accompagnement à l’entrepreneuriat Ecopreneur

8- Garder du temps pour soi

La majorité des solopreneurs le sont devenus pour maîtriser leur emploi du temps et travailler aux heures qui leur conviennent. Ils et elles gardent ainsi du temps pour eux et leur famille, dans la lignée du Slow life et du Slow parenting. Il est important de prévoir des moments pour vous dans votre emploi du temps, au moment où vous planifiez votre semaine. 

 

Entreprendre en solo, comme savoir si c’est pour vous ?

Entreprendre en solo, c’est peut-être la solution pour développer l’activité de vos rêves et construire une vie qui vous ressemble. C’est encore plus vrai pour les projets qui régénèrent la planète et les humains : l’écopreneur solo peut ainsi insuffler ses valeurs et sa passion dans son métier. Vous pourrez changer de statut, vous associer ou embaucher à tout moment si vous le désirez ! Savoir déléguer, c’est un investissement pour le futur, pour pouvoir garder du temps pour soi.

 

Prochaines étapes pour vous lancer en tant que solopreneur ?

Seul, on va plus vite, ensemble on va plus loin ! Grâce à l’accompagnement à l’éco-entrepreneuriat Ecopreneur, vous bénéficierez de l’expérience d’entrepreneurs à succès qui vous feront gagner un temps précieux dans votre lancement. Vous profiterez en plus de l’émulation intellectuelle et des retours d’expériences de centaines d’écopreneurs grâce à la communauté. Vous voulez vous assurer que cela boostera votre projet ? Inscrivez-vous à notre webinaire gratuit, on y répond à toutes vos questions !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.